Nouveau Partenaire: Quatro Windsurfing

maui quatro windsurfingVous voulez tout connaître de l’anecdote derrière ce nouveau partenariat, mmmmh? Je vois une lueur éclairer le fond de vos prunelles facétieuses. Ça tombe bien, j’avais envie de raconter ma vie.

Je pourrai commencer par pourquoi je n’ai pas eu de sponsor planche plus tôt. C’est très simple, pour plein de raisons:

  • Il se trouve qu’avant, je faisais slalom et vague en même temps, et je voulais avoir des planches qui me conviennent pour les deux. Pas évident quand les planches de slalom sont majoritairement développées pour des vikings d’1m90.

  • Quand bien même ces marques auraient existé, je ne voulais pas payer mes planches à -50 parce que je n’en avais pas les moyens, et je pensais avoir 0 chance d’obtenir un contrat de prêt. Aujourd’hui, je n’ai toujours pas de contrat de prêt mais je peux me payer mes planches sans devoir faire la manche. Enfin deux, quoi.

  • Ensuite, naviguant moins que la moyenne à Paris, ça me barbait d’avance d’avoir à changer de planche et de passer la moitié de l’année à m’y réadapter. Comme je n’avais pas le niveau d’exploiter le matos à 100%, ce n’était pas la peine non plus de se rajouter des handicaps en changeant de planche tout le temps.

  • La vraie raison, c’est que ma confiance en moi dans les situations type recherche de sponsoring s’exile carrément dans un autre système solaire. A pu. 0. Le néant. Je me sens nulle et pas légitime (encore maintenant). Du coup, je n’ai jamais demandé.

En somme, je trouvais plus logique de garder des planches que j’aimais, apprendre à les connaître à fond sans subir de lubie marketing ou de changement de développeur et pouvoir utiliser mon budget en priorité pour progresser plus vite grâce à des stages et me rendre aux compétitions. D’où les RRD Wavetwin 2010 sur la coupe du monde jusqu’à 2019. Et encore, il a fallu me forcer pour virer un custom de 12kg qui prenait la flotte par le pied de mât qui s’était décollé de la stratification du pont (et je le regrette encore aujourd’hui, un shape incroyable) et changer ma RRD V4 Xfire 105 que j’achevais après deux autres propriétaires qui l’avaient déjà pas mal sollicitée, injections et lifting de la carène n’auront pas suffis à maintenir la façade. J’ai pris une RRD V5, deux nav’ plus tard je l’ai échangé pour une V4. Mêmes cotes, pas du tout le même shape.

J’avais oublié: j’ai toujours été exigeante, pour ne pas dire relou pour choisir mes planches.

Résultat, depuis deux ans, dès qu’une marque cherchait quelqu’un pour son team je me faisais harceler par tout le monde pour que je postule, sans succès, malgré tout l’amour que je vous porte et malgré toutes les opportunités qui se sont présentées.

Qu’est-ce qui a été décisif pour me décider à lâcher le budget de deux étapes aux Canaries pour mon premier partenariat planche? Et surtout, à aller SOLLICITER QUELQU’UN?

Cette année je pouvais enfin me le permettre (merci Ka Sail 😉 ); ensuite, je me sentais beaucoup moins quiche en vague, alors qu’avant je me trouvais trop nulle pour représenter une marque de planche aux côtés d’une tripotée de pros tous plus impressionnants les uns que les autres. Mais le vrai coup de pied aux fesses, ce fut de partager les Quatro LS de mon copain à Hawaï. et d’en envoyer une dans les rocks, sachant que j’avais déjà entamé la destruction de la deuxième bien avant quand il me la prêtait pour les PWA, avec les conséquences auxquelles on s’attend.

maui 2019
Et encore, on ne voit pas l’arrière. Photo: Jimmie Hepp

Après ce malencontreux incident, à la suite duquel je me suis énervée (événement rarissime dans ma vie sentimentale), j’ai eu envie de pouvoir exploser mes propres planches sans avoir à désamorcer 63 heures de bouderie deux mois après. Me voilà donc à Hawaï avec l’objectif de repartir avec un sponsor planche avant la fin du séjour. Je n’avais pas spécialement cartonné à la compét mais une fois de plus j’avais montré que j’avais envie de prendre les mêmes vagues que les mecs, après ce que je faisais dessus c’est une autre histoire ^^ Petit inventaire des VIP présents sur l’île lors de l’Aloha Classic: Fabien Vollenweider, le shapeur de Tabou, Francisco Goya et Keith Teboul de Quatro/Goya, machin le shapeur de JP (si quelqu’un a son nom, vous m’obligeriez) et Klaas Voget qui est team manager de North – euh Duotone/Fanatic. Cette fois-ci, j’étais résolue à payer pour avoir la paix, dussè-je passer outre ma timidité tenace.

Quelles planches m’ont toujours fait rêver? Les Pyramid de Levi Siver, dépeintes comme les plus radicales des tests magazines. Levi, c’est mon idole de mes débuts en planche et qui le restera jusqu’à la fin; on est vachement impressionnable quand on découvre le planing. En plus ça tombe bien, le boss associé de Quatro est Francisco Goya que j’avais déjà rencontré à deux reprises. Pour ceux qui ne l’ont jamais rencontrés, c’est le mec le plus cool du monde. Si les drogués sont stoned, Francis’ est stoked. Je parie qu’il sourie même quand il dort.

défi wind 2016 francisco
Photo: Frédéric Bonet (Défi Wind 2016)

Après 5 minutes de yoga respiratoire à tourner en rond dans le shop genre « j’ai envie de lui parler mais j’ose pas », je finis par me jeter à l’eau et me voilà enfin en train de conclure le début de notre partenariat par un hug bien américain. Long-term relationship, I say oui, carrément.

Aller lui parler m’a demandé un effort, j’ai du transpirer autant qu’après un footing. Aller voir Fabien et les autres que je n’avais jamais rencontrés m’aurait demandé du courage. Et dites-vous que j’ai fait des progrès, j’y suis allée. Juste pour ça, champagne ^^

maui 2019 quatro
ELLE L’A FAIT!!! Photo: Tom

Avoir des planches qui me plaisent un pré-requis, et travailler avec des personnes avec lesquelles je suis à l’aise est au moins aussi important, et je pense qu’on peut élire l’équipe Quatro/Goya/MFC comme la plus bisounours de toutes les marques de windsurf. Avec Keith Teboul en revanche, j’ai bien senti qu’on n’allait pas se jeter dans les bras de l’un et de l’autre immédiatement ^^ j’ai commencé par lui pourrir sa session de surf en lui tournant autour sur le pic de Green Tree pendant que les autres morts de faim godillaient sec en lightwind sur le pic des rocks. Quand j’ai établi le premier contact verbal au shop Quatro/Goya/MFC, il m’a ressorti l’histoire de l’année dernière où j’avais fait une demande de sponsoring qui s’était conclue par « vois avec ton shop pour un tarif GLO (pour gentil leader d’opinion; comprendre ambassadeur local) », ce à quoi je n’avais rien répondu tellement j’étais déçue et qui a apparemment été interprété comme un « Yeah man » «  lu et approuvé ». Les malentendus éclaircis, j’ai voulu lui poser deux-trois questions de bleusaille sur la Pyramid; il m’a demandé si je préférais les quads ou les trifins, ce à quoi je lui ai répondu avec aplomb que pour moi c’était le shape qui faisait la planche et pas le nombre d’ailerons. Ensuite je lui ai demandé s’il avait des conseils pour bien exploiter la Pyramid, si ça surfait pied avant/arrière, tout ça, il m’a répondu les deux et tu la navigues avec ton style. Vous savez maintenant comment se faire passer pour une waverideuse du dimanche. Je pressens beaucoup de futures discussions passionnantes et enjouées entre nous, mais je ne perds pas espoir que l’on atteigne un niveau de communication plus élaboré un jour.

APERCU ET TEST

Concernant le choix des planches, j’ai pu essayer une fois la Pyramid 77 à Kanaha et la Cube 88 à Hookipa. Les deux planches sont assez différentes, j’attends de tester plus longtemps les planches pour voir si j’ai fait le bon choix. En attendant, j’ai joué tapis pour la Pyramid 72 et 82. Je vous laisse découvrir cette merveille en vidéo.

Je sortirai le test plus tard une fois que j’aurai poussé la planche dans ses retranchements dans les condices dégueulasses. Pour les belles condices avec vagues creuses, comment décrire ça… AYAYAYYYY LA BOMBA DE SA MADRE me semble assez juste. Je complèterai même par un WAHOUUUUUUUUUUUUUUU, et pour les plus exigeants à qui ça ne suffit toujours pas, vous pouvez allez lire mon CR sur U-ride:

http://www.u-ride.net/forums/viewtopic.php?f=37&t=29725

QUATRO EN ILE-DE-FRANCE

Merci à Olivier de Quai34 Champigny qui s’est occupé de mes futures en mon absence 🙂 les shops sont ont une place centrale dans le circuit commercial de Quatro, je communiquerai donc en partenariat avec Quai34 en particulier puisque c’est le revendeur local en Ile-de-France, mais théoriquement je ne suis affiliée à aucun shop en particulier puisque je suis en contact direct avec la marque. Pour info, les membres du KIFF bénéficient chez lui de 10 à 15% de remise (hors foils). On peut toujours s’arranger entre nous pour rapatrier du matos en IDF ou ailleurs pour les membres qui ont fui la région parisienne ou qui habitent loin du shop.

quatro quai34
Non mais regardez moi-ça *.*

Je ne sais pas ce que la saison 2020 va donner, mais entre les nouvelles Kamikaze et les Pyramid, je sens que je vais m’amuser, gniark gniark!

siouville pyramid kamikaze

Je remercie chaleureusement Eric Doux, Olivier, Hubert de la Lunette Jaune et Mathieu de SwellAddiction qui ont aussi donnés de leur personne pour ce partenariat 😉 merci!!!

5 réponses sur « Nouveau Partenaire: Quatro Windsurfing »

  1. Enfin un témoignage de la vie avec les futurs sponsors ! Lea vraie vie derrière les photos des windmag et des vidéos sur YouTube qui font rêver ! Merci Marine !
    De la part de Surfthewave…

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s